30 Juil

Pas de remontées des taux de crédit en vue à Cognac !

Si le 1er semestre restera marqué par deux mois de confinement qui ont mis le marché immobilier sur pause, à fin juin, le bilan est plus positif qu’attendu… Les taux de crédit restent attractifs et la production de crédit boostée à la fois par la reprise des transactions et la forte hausse des demandes de renégociations de prêts. Vous cherchez à acheter un appartement à Cognac ? Dans les prochains mois, l’évolution de la situation économique et des conditions d’octroi des banques sera déterminante pour confirmer le dynamisme du marché à plus long terme. Une chose est sûre : pour l’instant il n’y a pas de remontées des taux de crédit en vue, ce qui devrait contribuer à entretenir cette reprise…

Une hausse des taux limitée au 1er semestre : + 0,10 % en moyenne
Ces six derniers mois, les taux ont légèrement augmenté, de 0,10% en moyenne au total, même si certaines banques ont procédé à des hausses jusqu’à 0,30 %. Les premiers mouvements de taux ont été constatés dès le mois de février, mais ciblés sur certaines durées et niveaux de revenus, en réaction aux recommandations formulées par le HCSF, avant de se généraliser pendant le confinement à tous les profils (jusqu’à + 0,50 %) puis de laisser place à quelques baisses en juin, de 0,05 % à 0,30 %, pour les meilleurs profils surtout.

« Sur l’ensemble de ce premier semestre, les taux n’ont finalement que peu augmenté, de 0,10 % en moyenne, mais jusqu’à 0,30 % dans certaines banques. Ils restent donc très attractifs et de retour à leur niveau de l’été 2019, annulant ainsi la baisse importante consentie par les banques au dernier trimestre 2019 », analyse Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer. « Depuis quelques semaines, les banques maintiennent des conditions avantageuses, car, après deux mois de production de crédit presque à l’arrêt, elles ont la volonté de rattraper le retard accumulé, le crédit immobilier restant pour elles le meilleur moyen de capter de nouveaux clients. À mi-année les banques n’ont plus que quelques mois pour réaliser leurs objectifs de production tout en respectant les critères du HCSF, ce qui relance la concurrence interbancaire sur le segment des beaux profils notamment » complète-t-elle.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée